Archives du mot-clé antioxydants

Courges’n Co

Les courges, il en existe tant !

Butternut, musquée, potiron, potimarron, et même spaghetti !

On a toute la mauvaise saison pour les (re)découvrir et c’est presque pour ça que je suis contente de retrouver les frimas. Oui, car je veux parler ici des courges dites « d’hiver » , contrairement à la courge d’été, cueillie verte avant maturité (ex: la courgette).

Leurs couleurs sont vivifiantes et leurs saveurs si douces se prêtent à de nombreuses déclinaisons salées comme sucrées. Et leurs atouts nutritionnels sont nombreux !

  • Longue conservation (préférez un endroit frais et sec, type cellier ou cave mais éviter le réfrigérateur tant qu’elles sont entières).
  • Riche en antioxydants : le béta-carotène (précurseur de vitamine A)  mais aussi la lutéine et la zéaxanthine, des composés qui permettraient de lutter contre les pathologies liées au vieillissement de l’œil (cataracte et dégénérescence maculaire).
  • Présence des cucurbitacines  qui sont actuellement à l’étude pour leur capacité supposée à freiner le développement des cellules cancéreuses. A suivre…
  • Minéraux tels que le fer, le potassium, le magnésium mais aussi du manganèse, du zinc et du cuivre participant aux processus antioxydants,
  • Vitamines du groupe B (B2,B5,B6,B9) et vitamine C (mais il faudra la manger crue : râpée ou en jus)
  • Très faible densité calorique tout en ayant un pouvoir de satiété élevé
  • Malgré son goût sucré, pas d’inquiétude: son indice glycémique reste très faible
  • Aliment basifiant (=alcalin) qui tend à rectifier l’acidité excessive produite par une alimentation trop riche en protéines animales et en aliments industrielles

Bzzz bzzz bzzz

Le pollen alimentaire

Vous rappelez-vous vos cours de Sciences Naturelles ? (en tout cas on disait comme ça à mon époque). Mais si ! On apprenait que les fleurs avait un calice formé de sépales et une corolle formée de pétales mais aussi un pistil et des étamines portant des grains (ou pelotes) de pollen indispensables à la fécondation.

Si le pollen peut être redouté par tous ceux qui souffrent d’allergies, il peut être très bénéfique de le consommer. Les adeptes de l’apithérapie le savent bien puisqu’ils se soignent avec les différents produits de la ruche. Sur le site de l’apithérapie francophone, le docteur Becker vous explique le pourquoi et le comment du pollen frais. Comme je ne pourrais pas mieux l’écrire, je vous invite à lire son article pour tous les détails ou à vous contenter des points essentiels que je me suis permise de résumer ci-dessous :

  • Le pollen est récolté par les abeilles qui le transportent sous forme de « pelotes » dont la couleur et les propriétés varient en fonction des fleurs butinées.
  • Une cure de pollen frais dure 6 semaines, à réitérer 2 fois dans l’année, de préférence à l’automne et au printemps ou même toute l’année, pour sa richesses en :
    • acides aminés essentiels,
    • nombreuses vitamines (notamment du groupe B),
    • oligo-éléments variés,
    • anti-oxydants naturels (caroténoïdes, polyphénols),
    • produits bénéfiques sur le cholestérol,
    • lactoferments et divers microorganismes favorables.
  • Il a beaucoup d’avantage sur le pollen séché de part la présence de lactoferments bénéfiques présents dans le jabot de l’abeille. Cette teneur est fortement réduite, voire inexistante ,dans le pollen préalablement séché.
  • L’activité anti-bactérienne du pollen, est due aux bactéries lactiques présentes à l’état naturel.

Les pollens frais agissent sur le système digestif, en stimulant les fonctions gastriques. Ils réduisent fatigue, stress, problèmes circulatoires, stimulent les défenses immunitaires. 

D’après l’auteur en médecine Mr G.J. Binder, le pollen est susceptible d’apporter son aide aux personnes souffrant d’un excès de poids en relançant la fonction digestive et en combattant les bactéries pathogènes de l’intestin grâce à son effet antibactérien. Des médecins français auraient constaté que les cures de pollen sont bénéfiques à titre préventif comme curatif sur de nombreuses pathologies.En prime, les patients aurait une vision plus optimiste de la vie et ressentirait un bien-être général.

Joie de vivre, énergie, et lutte contre les infections

Pollenergie (fabriquant de produits de la ruche) explique que le pollen se décline suivant ses origines florales et change de couleur, de saveur et de composition nutritionnelle.

Et c’est franchement flagrant sur les deux barquettes de pollen que j’ai reçu !

P1040952Pollen de chataigner et ronce

 

 

 

 

 

Pollen de ciste                                                                         Pollen de châtaignier et ronce

  1. Le pollen de ciste riche en vitamine B1, contribue à la réduction de la fatigue et riche en Sélénium, contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. C’est le pollen « FORME » de la gamme bio. Sa couleur vous met de bonne humeur et il parfume agréablement les yaourt.
  2. Le pollen de ronce et de châtaignier contient du tryptophane, un acide aminé précurseur de la sérotonine qui intervient dans la régulation de l’anxiété. De part sa grande capacité antioxydante, iI participe à la protection des cellules contre les radicaux libres. C’est le pollen « ZEN » de la gamme bio. Son aspect de litière pour chat est un peu rebutant au début mais il est finalement délicieux dans mon muesli matinal.

Les pollens frais (et congelés) sont sans conteste à mettre au menu de l’automne ! Leurs arômes sont déroutants pour les néophytes mais en les dégustant plus attentivement on découvre des notes florales voire légèrement miellées très appréciables. Ils vous aideront à mieux affronter les maux de l’hiver tout en préservant votre énergie jusqu’au printemps…Pour voir à nouveau les fleurs fleurir et les abeilles butiner .

Duo carotte et céleri

Duo carotte céleriPour vitaminer vos repas ou pourquoi pas vos apéros !

  • 1 branche de céleri
  • 2 carottes moyennes

Les quantités extraites sont certes minimes mais « jus-stement » concentrées en vitamines  !

  • Vitamine C
  • Vitamine A sous sa forme de précurseurs (=provitamines) : les carotènes

Extrait de céleriLa vitamine C, vous connaissez tous : inutile de vous rappeler tous ses bienfaits ! Mais savez-vous qu’elle facilite l’absorption du fer ? Pour cela, n’hésitez plus à consommer un jus fraichement extrait en mangeant. Ainsi vous aurez facilement et rapidement un belle dose de vitamine C qui vous assurera une parfaite assimilation du fer de votre repas !Extrait de Carotte

La vitamine A est une vitamine liposoluble .C’est à dire qu’elle se dissout dans les lipides (le gras, quoi !). Il est donc indispensable de prévoir une source de matières grasses quand vous consommez des fruits ou légumes frais riches en vitamines A. Comme quoi, le gras a du bon ! Et pour qu’il soit encore meilleur, on le choisit de préférence d’origine végétale

  • A l’apéro votre jus s’accompagnera idéalement d’une poignée de fruits secs oléagineux non séchés et non grillés
  • Dans vos crudités, pensez aux huiles riche en oméga 3 (huile de colza, de cameline…)
  • Dans vos smoothies, ajoutez un avocat

 

 

 

Poti(r)on

A centrifuger pour un jus de saison riche en vitamines et antioxydants :JUS POTIRON

  • 1 tranche de potiron (environ 400 g avec la peau)
  • 1 poignée de persil
  • 3 petites carottes
  • 1 pomme Royal Gala
  • 1  pomme reine des reinettes

Réaliser vos jus et smoothies de préférence avec des fruits et légumes cultivés sans pesticide et le plus frais possible.

 

 

Soupe de carottes et potiron

 

Pour mettre de la bonne humeur dans vos menus d’hiver : pensez carottes et potirons !     Avec ces légumes de saison vous ferez le plein de couleur, de vitamines et d’antioxydants.

Leurs pigments, principalement les fameux caroténoïdessont antioxydants et pourraient contribuer à prévenir plusieurs maladies, dont les maladies cardiovasculaires et certains cancers. Consommez-les cuits sans hésitation: l’absorption des carotènes n’en sera que meilleure ! Les bêta-carotènes sont précurseurs de la vitamine A qui neutralise les radicaux libres. Elle renforce la peau et les muqueuses tout en aidant à lutter contre les coups de froid et les infections principalement aux niveau des yeux, des oreilles, du nez, de la gorge et des poumons…

De plus, les carottes et le potiron sont source de vitamine B6 (indispensable à la synthèse de certains neurotransmetteurs) et vitamine E (anti-oxydante) .

Pour 4 personnes :

1/4 de potiron  + 4 carottes + 1 cm de gingembre frais râpé + 1 gousse d’ail + 1 cuillère à café de curry

Coupez les carottes pelées et le potiron en gros cubes (il n’est pas nécessaire de peler le potiron),ajouter le gingembre, la gousse d’ail et le curry dans un faitout.

Recouvrez d’eau et faites cuire une bonne trentaine de minutes

Mixez et dégustez !

Astuce: les caroténoïdes étant liposolubles, ils seront mieux assimilés avec une source de matière grasse. Dans cette recette, ajoutez quelques gouttes d’huile de sésame !