La Méthode Brillat-Savarin

Pour mémoire, Brillat-Savarin fut un gastronome français de la fin du 18ème siècle. C’est l’auteur de la célèbre phrase « Dis moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es. »

A l’heure des régimes restrictifs et culpabilisants, pourquoi ne pas mettre un peu de sa philosophie hédoniste dans nos assiettes. Car il nous rappelle aussi que «Ceux qui s’indigèrent ou qui s’enivrent ne savent ni boire ni manger. »

  •     Règle générale : on mangera beaucoup de pain frais, et fait dans la journée ; on se gardera bien d’en écarter la mie.
  •     On prendra, avant huit heures du matin, et au lit, s’il le faut, un potage au pain ou aux pâtes, pas trop copieux, afin qu’il passe vite, ou, si on veut, une tasse de bon chocolat.
  •     A onze heures, on déjeunera avec des œufs frais, brouillés ou sur le plat, des petits pâtés, des côtelettes, et ce qu’on voudra ; l’essentiel est qu’il y ait des œufs, la tasse de café ne nuira pas.
  •     Après le déjeuner, on fera un peu d’exercice : les hommes, si l’état qu’ils ont embrassé le permet, car le devoir avant tout : les dames iront au bois de Boulogne, aux Tuileries, chez leur couturière, chez leur marchande de modes, dans les magasins de nouveautés, et chez leurs amies, pour causer de ce qu’elles auront vu. Nous tenons pour certain qu’une pareille causerie est éminemment médicamenteuse, par le grand contentement qui l’accompagne.
  •     A dîner, potage, viande et poisson à volonté ; mais on y joindra les mets au riz, les macaronis, les pâtisseries sucrées, les crèmes douces, les charlottes, etc. Au dessert, les biscuits de Savoie, babas et autres préparations, qui réunissent les fécules, les œufs et le sucre.
  •     On boira de la bière par préférence, sinon des vins de Bordeaux ou du midi de la France.
  •     On fuira les acides, excepté la salade qui réjouit le cœur. On sucrera les fruits qui en sont susceptibles ; on ne prendra pas de bains trop froids ; on tâchera de respirer, de temps en temps l’air pur de la campagne ; on mangera beaucoup de raisin dans la saison ; on ne s’exténuera pas au bal, à force de danser.
  •     On se couchera vers onze heures dans les jours ordinaires et pas plus tard qu’une heure du matin dans les extra.