Coing-coing

Oui, il serait temps que je vous parle du coing dont la saisonnalité idéale se situe de septembre …à octobre. Grâce à la belle arrière saison, on peut espérer que la récolte se prolonge un peu.

Le coingCoing,coing – cuit,cuit

Le coing est un fruit (jusque là tout va bien) qui reste dur, râpeux sous la langue et même acide (et oui, ça se gâte). Mais tout s’arrange après cuisson.

Et là, je vous entends me dire : »Après nous avoir vanté les mérites des aliments crus, vivants et gorgés de bienfaits intacts, voilà qu’elle nous sert le coing cuit ! » . Et bien, tout dépend de sa situation géographique.

Le coing cru est-il si coriace ?

Plus le coing est cultivé dans un climat chaud, plus il est juteux et tendre donc mangeable cru.Si vous vivez autour de la Méditerranée ou même jusqu’au Portugal, vous pourrez tout à fait consommer votre coing cru. Ce grand dur a besoin de rester longtemps, très longtemps au soleil (il apprécie les bonnes choses) pour s’attendrir  et parvenir à complète maturité. Qualifié de Pomme d’Or, il vient se faire tout doux  sous nos papilles dans sa plus simple crudité. Pour preuve, Plutarque (ça c’est du sérieux) disait que la mariée grecque « croquait une tranche de coing pour parfumer son premier baiser« . Je ne sais pas si la tradition perdure. Mais c’est une bonne occasion pour profiter de sa richesse en vitamine C et en potassium. Il est également riche en antioxydants: principalement des polyphénols et des tanins (qui lui donnent son astringence).

Mais par chez nous (en France, quoi ! Et qui plus est celle au nord de la Loire…Brrr), difficile de jouer à la mariée grecque ! Donc le coing se devra d’être cuit pour se déguster en gelée, pâte de fruit, compote et même en tajine. Question gourmandise, on y perd pas au change. Question nutrition, on gardera quand même l’intérêt de sa richesse en fibres et en pectine. De nombreux antioxydants sont détruits mais certains, comme les tanins se transforment en antocyanidine (un autre polyphénol). Ainsi le coing cru perd son goût astringent et peut être apprécié de tous.

Pour finir, une recette simplissime: du 100% nature ! Du fruit, rien que du fruit  dans la compote pomme-coing.Compote pomme coing

Pour 2 personnes :

  • 2 pommes moyennes (de préférence des variétés sucrées qui viendront compenser l’acidité du coing)
  • 1 coing
  1. Peler et épépiner pommes et coing
  2. Découper en morceaux
  3. Mettre dans une casserole avec un petit fond d’eau
  4. Couvrir et laisser cuire à feux très doux une dizaine de minute
  5. Ecraser à la fourchette dans la casserole
  6. Si la purée de fruits vous parait trop « humide » , laisser cuire à découvert quelques minutes en surveillant que ça n’accroche pas
  7. Déguster encore tiède ou laisser refroidir

Bon à savoir : le coing ayant tendance à constiper, il est recommandé lors des épisodes de diarrhée

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>